Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Helmut Goeckel

Helmut Göckel

Helmut Göckel, © Auswärtiges Amt

25.04.2018 - Article

1998 – 2002
[...] La richesse de la vie culturelle à Montréal nous a fasciné. Nous avons très sérieusement songé à venir nous installer au Québec à la retraite, mais vu que nous avons des enfants et des petits-enfants, nous avons finalement décidé de rester en Allemagne. [...]

Ma femme et moi avons vécu et travaillé à Montréal de l’été 1998 à l’été 2002. Nous nous souvenons avec grand plaisir de ces quatre années très réussies, tant au niveau professionnel que personnel.

Au niveau professionnel : travailler au Québec francophone était une belle expérience. Les Québécois savent que le monde ne se limite pas à l’Amérique du Nord. Ils s’intéressent à l’Europe — surtout, bien évidemment, à la France, mais aussi à l’Allemagne — et suivent son évolution sur le plan politique, économique et culturel et se sentent toujours très proches de l’Europe. La coopération culturelle en particulier était très forte et fructueuse. Mais il y avait aussi des discussions et des échanges politiques intensifs. Comme le Québec s’efforce de redéfinir son rôle au sein de l’État canadien, nos partenaires s’intéressaient beaucoup au développement de l’Union européenne, à nos idées concernant l’autonomie nationale et à une coopération de plus en plus approfondie.

Au niveau personnel : les Québécois se sont montrés très charmants, serviables et ouverts au monde. Nous sommes toujours régulièrement en contact avec des amis à Montréal. Cependant, le fait de devoir travailler dans trois langues (français, anglais, allemand) en permanence était un vrai défi pour nous. La richesse de la vie culturelle à Montréal nous a fasciné.

Nous avons très sérieusement songé à venir nous installer au Québec à la retraite, mais vu que nous avons des enfants et des petits-enfants, nous avons finalement décidé de rester en Allemagne.

Retour en haut de page