Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Walter Leuchs 

Walter Leuchs

Walter Leuchs, © Auswärtiges Amt

17.04.2018 - Article

2012 – 2017 
[...] La bienveillance du gouvernement provincial a notamment fait ses preuves lors de la visite d’État du président fédéral Joachim Gauck en septembre 2014, dont le séjour à Québec a constitué le couronnement politique de mon mandat. [...]

Nous avons été très heureux, ma femme et moi-même, quand j’ai appris mon transfert comme consul général à Montréal. Ma femme est montréalaise et j’étais déjà très lié au Canada. J’avais étudié deux ans à Ottawa et Montréal était presque comme un deuxième chez-moi. Nos deux enfants, déjà grands, vivent à Ottawa et nous pouvions les voir beaucoup plus souvent. Quand j’ai pris ma retraite après près de cinq ans, nous avons décidé de rester à Montréal. Une particularité de mon poste était ma double fonction puisque je travaillais aussi comme conseiller économique de l’Ambassade d’Allemagne à Ottawa.

J’ai particulièrement apprécié la vive hospitalité du gouvernement provincial et de la direction de la ville et leur accessibilité même au plus haut niveau. Le consulat général a aussi bénéficié de la popularité générale de « L’Allemagne de Merkel ».

La bienveillance du Gouvernement provincial a notamment fait ses preuves lors de la visite d’État du président fédéral Joachim Gauck en septembre 2014, dont le séjour à Québec a constitué le couronnement politique de mon mandat. La visite, bien que plus courte que le premier ministre Philippe Couillard ne l’avait espéré, s’est parfaitement déroulée, avec entre autres une promenade dans la vieille ville sous un grand ciel bleu. Le Président fit tout de même un peu de « remue-ménage » en exprimant à deux occasions publiques qu’il était content que le Québec appartienne au Canada. Des tweets des politiciens du Parti Québécois souverainiste protestèrent immédiatement contre cette « ingérence ». Toutes les visites des délégations politiques allemandes se déroulèrent sans accroc. Je retiendrai notamment un tour en traîneau à chiens près de Québec dans un froid extrême ; il s’agissait d’un complément touristique au programme du Groupe d’amitié germano-canadienne du Bundestag allemand.

Les échanges culturels ont été riches. Le très actif Goethe-Institut et le consulat général les soutenaient, mais une grande partie d’entre eux fonctionnaient aussi tout seuls. C’était souvent par hasard qu’on apprenait qu’un artiste allemand intéressant était en ville. Un événement stressant, mais finalement couronné de succès fut le concert organisé en 2014 par le consulat général pour commémorer le début de la Première Guerre mondiale à l’église allemande Saint-Jean. Il a failli échouer parce que le piano à queue loué pour l’occasion ne rentrait pas dans la cage d’escalier de l’église... La souplesse du pianiste, qui a accepté de jouer à l’orgue, ainsi que celle des autres artistes pour présenter à la toute dernière minute d’autres morceaux que ceux prévus au départ ont finalement sauvé le concert.

La coopération académique avec ces multiples aspects a aussi mis le consulat général à rude épreuve. Parmi d’autres projets, la présentation de l’éminent historien et expert de l’Allemagne Christopher Clark sur la Première Guerre mondiale, à l’occasion d’un congrès des historiens de l’Amérique du Nord, a fait forte impression. Sa participation avait été facilitée par le consulat général.

Je me rappellerai toujours l’accueil amical et ouvert de la communauté juive, notamment de la part de la Bibliothèque publique juive et du Centre commémoratif de l’Holocauste. Un point culminant de la coopération a été la prestation rapidement affichée complète d’un groupe Klezmer de Berlin à la Bibliothèque publique juive, à l’occasion du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre l’Allemagne et Israël en 2015 et à l’invitation des consulats généraux d’Allemagne et d’Israël. Enfin, ce fut un grand honneur pour moi que le Centre commémoratif de l’Holocauste m’invite cette même année 2015 à prononcer le discours principal pour commémorer l’anniversaire de la « Nuit de Cristal », une manifestation que le lieutenant-gouverneur du Québec, M. Michel Doyon, honora également de sa présence.